Etude Olifid sur la communication des sociétés dans le monde pendant la crise sanitaire (spoiler-alert: c’est loin d’être fini…)

Impossible de les manquer. Elles étaient et sont encore partout, sous toutes les formes, dans toutes les langues, à toute heure : les communications spéciales Covid-19…

Du communiqué de presse en passant par le post Linkedin, Facebook ou Instagram, pour se rassurer, rassurer ses clients, ses fournisseurs, remercier ses partenaires et ses collaborateurs, expliquer que la situation est difficile ou bien au contraire annoncer que cette pandémie se révèle être une incroyable opportunité, pour se féliciter des réponses apportées, du télétravail mis en place, ces communications rythment notre quotidien depuis bientôt 6 mois.

Et même si la tendance est à la baisse, nous allons encore lire de nombreuses communications d’entreprises sur le sujet pendant de nombreux mois!

Forte de son immense base de données de communiqués de presse des sociétés du monde entier, Olifid a analysé pour vous leur contenu:

Retour en chiffres sur une vague de communications (en attendant la seconde?)

1. Les premiers articles :

En France les premiers articles « mainstream » abordant le sujet sont apparus début janvier dans les journaux comme le Figaro le 5 Janvier ou le Monde le 9 Janvier.

Le Figaro:

Le Monde:

2. Première annonce société :

Chez Olifid, nous sommes spécialistes des informations sociétés. Nous avons donc analysé nos bases pour savoir qui avait communiqué en premier sur le sujet de manière formelle. Une des premières sociétés à avoir diffusé un communiqué officiel sur le sujet à travers le réseau des grands wires occidentaux a été Squaremouth, une compagnie d’assurance voyage américaine, basée à St Petersburg (Floride), qui en a profité pour ajuster son offre et l’annoncer via le réseau PR news wire.

3. Voici ensuite ce qu’il s’est passé. Un bon graphique vaut mieux qu’une longue explication:

Quelques points intéressants:

    • Durant les deux mois qui ont suivi, quasiment la moitié des communiqués abordent le sujet de la pandémie. (avec un pic à 47% la semaine du 4 Mai). Aurions-nous atteint un palier de saturation en terme de ratio publications-covid/ publications-classiques de même nature que celui que nous pouvions constater dans les médias?
    • On note une baisse très forte du nombre global de publications la semaine du 23 mars: attentisme face aux confinements annoncés en cascade par les pays? Non disponibilité des équipes? coïncidence sans rapport avec la crise? Semaine sans communiqué avec préparation des publications trimestrielles pour les semaines suivantes? Il est difficile de tirer une conclusion sur cette « anomalie ».
    • Si on voit aujourd’hui un léger regain des publications à ce sujet, on est en droit de se demander si cela est lié à une éventuelle seconde vague, à la simple continuité de la première vague dans un grand nombre de pays (USA compris) ou aux publications des résultats trimestriels impliquants des éléments justificatifs liés à la crise sanitaire. Il s’agit sûrement d’une combinaison de ces 3 facteurs.

4. Corrélation avec le nombre de décès :

Il nous paraissait essentiel de comparer l’évolution du nombre de publications corporates officielles liées au Covid et le nombre de décès. (Nous n’avons pas choisi le nombre de cas de covid, car c’est une statistique qui est fortement lié au nombre de tests, les tests étant beaucoup plus disponibles aujourd’hui qu’en début de crise dans de nombreux pays)

Quelques points intéressants:

    • La corrélation est très forte
    • Au départ, l’augmentation du nombre de publications est en avance de phase par rapport à l’augmentation du nombre de décès hebdomadaire.
    • Dans un second temps, le nombre de publications est en retard lors de la phase de tassement. On pourrait imaginer que ceci est le fruit d’une sur-réactivité dans les premiers jours puis de la mise en place de plans de communication plus prudents. On remarque d’ailleurs que dans la phase actuelle d’éventuelle nouvelle hausse, nous avons gardé ce retard de phase.
    • Nous sommes toujours sur des niveaux très élevés de communication sur le sujet, ce qui corrobore clairement le fait que les business vont être encore fortement impactés pendant de très nombreux mois par cette crise.

5. Conclusion :

Les communiqués des sociétés abordant le sujet du covid risquent d’être encore très nombreux. Si de nombreuses controverses sont nées de par le monde sur les différents aspects de cette crise (médicaux, santaires, politiques, sociaux…), il est évident que peu d’entreprises échappent aux conséquences de cette pandémie, leur communication en est un révélateur évident.

Nous referons d’ici quelques semaines un point pour analyser l’évolution de ces évènements à travers les publications d’entreprises.

L’équipe Olifid